Une architecture située

Une approche environnementale pour une architecture située : conception et maîtrise d’œuvre.

 

La démarche d’architecture est basée sur les principes d'économie énergétique (isolation performante et apports solaires), de qualité environnementale et de limitation de l'empreinte carbone (matériau bois), de rationalité constructive et de rapidité de mise en œuvre (construction en structure et préfabrication), de réutilisation et de valorisation des existants (réhabilitation et extension).

 

 

 

Le processus de conception d’une architecture située s'appuie sur un ancrage et une adaptation dans le site d'inscription, notion comprenant principalement territoire et climat, dont la connaissance fine doit permettre de définir une implantation et une orientation pertinentes des constructions afin d’obtenir les meilleures qualités d’ambiance et de confort.

Une architecture située s'appuie cependant aussi sur des matières premières, des matériaux et des sources d’énergie localement disponibles, dont le choix permet de limiter transports et dépendance économique.

Une architecture située s'appuie enfin aussi sur un environnement humain particulier, comprenant des moyens économiques et techniques, des outillages et des savoir-faire, dont la valorisation assure la localisation du développement.

Mais le site d'inscription d’une architecture située comprend aussi toute intervention humaine antérieure, dans une approche cohérente avec l’avènement d’une ère anthropocène qui abolirait toute discontinuité entre les règnes géologique et historique dans la constitution d’un environnement imprimé de l’action humaine.

A la croisée de l'économie et de la fonctionnalité, l'existant est lu pour ses qualités utilitaires et efficaces de support à un nouvel établissement humain à créer, c'est à dire pour l' "actif" qu'il apporte, à réutiliser, à détourner, à compléter. Dans un objectif d'efficience et de limitation des ressources à consommer, le projet vise donc d'abord au recyclage de l'existant, puis développe les installations et dispositifs complémentaires nécessaires pour le confort d'usage des nouveaux espaces. Enfin, toute intervention nouvelle affiche une image différenciée afin de rendre lisible l'histoire du lieu dans son épaisseur et dans sa stratification.

Les principes développés sur les projets présentés concernent donc généralement l'économie énergétique (isolation performante et apports solaires), la qualité environnementale et la limitation de l'empreinte carbone (matériaux bois, terre crue, pierre), la rationalité constructive et la rapidité de mise en oeuvre (construction en structure et préfabrication).

Ces principes concernent aussi la réutilisation des existants et leur valorisation en tant que patrimoines, notamment par la réutilisation de maçonneries de pierre existantes comme masse d'inertie thermique à l'intérieur de nouveaux espaces isolés.


copyright Bertrand Feuillie, architecte
site réalisé par fluxinet.net